Vous ne pouvez pas voir se player si javascript n'est pas activé

L’eau noire

Licence Art Libre CC-By Vidéos | juillet 2010

Présentation

L’eau noire est le vainqueur du concours Biblioclip-Limoges, pour lequel il a été réalisé sur le thème : "Bibliothèque-Monde".

Ce film est un projet Entropy, vous pouvez retrouver son développement sur le wiki

Musique par Cyril Humbert

Le titre

L’Eau Noire est un titre polysémique :

  • L’eau, représente bien entendu le symbole cliché de la vie. Elle est aussi la fluidité, l’évanescence, inconstante et si difficile à capturer, à maitriser, à dominer.
  • La couleur noire pourrait faire penser au mal, à la douleur, elle n’est en fait qu’un adjectif, qu’une couleur.
  • L’eau noire est l’encre. Cette encre qui est répandue sur toutes les pages de tous les livres de la bibliothèque. Elle se concentre au sein de la machine (parce que c’est cool visuellement) et c’est de là que le film tire principalement son titre.

Références

Au centre de la bibliothèque trônent 2 grands arbres (un grand chêne, et un Magnolia).

  • Le grand chêne porte la description טוֹב וָרָע : Il est l’arbre de la Connaissance.
  • Le magnolia porte l’inscription עץ החיים : Il est l’arbre de la Vie.

Deux autres petits arbres poussent autour de la machine. L’un est un olivier, l’autre un acacia.

  • L’olivier porte l’insciption Sephiroth, il est le symbole de l’arbre kabalistique
  • L’accacia est le buisson ardent.

Dans la bibliothèque, les arbres sont sources de lumière. Cela symbolise leur relation aux Lumières, à la connaissance et transforment de fait, la bibliothèque en Jardin d’Eden.

Dans la salle principale de la bibliothèque, il y a sur la table des inscriptions gravées au couteau. Ces inscriptions sont des citations tirées de livres en Français (de préférences, d’auteurs français dans le domaine public)

  • L’existence précède l’essence (J.P. Sartre)
  • Il faut les deux ailes, comme disait Jaspers, ne serait-ce que pour nous emporter philosophes et non-philosophes vers une limite commune. (Gilles Deleuze)
  • Lorsqu’on emploie trop de temps à voyager, on devient enfin étranger en son pays. (R. Descartes)
  • Quiconque veut être libre l’est en effet. (J.J. Rousseau)
  • Œil pour œil, et le monde entier devient aveugle (M. Gandhi)
  • A qui sait comprendre, peu de mots suffisent. (Stendhal)
  • La vie est une longue blessure qui s’endort rarement et ne guérit jamais. (G. Sand)

Placés ici et là, dans la bibliothèque, sont des références à La bibliothèque de Babel de Jorge Luis Borges.

  • Un symbole constitué de 3 Hexagones imbriqués surplombe l’entrée de la bibliothèque et sert de logo à la machine. L’hexagone est la forme des pièces dans la bibliothèque de Babel.
  • Dans un mur est gravée la date de construction de la bibliothèque : 1941, Mar del Plata. Il s’agit en fait de la date et du lieu d’écriture de la Bibliothèque de Babel.
  • Les allées contenant les étagères de livres visibles dans le films sont intitulées : Tonnerre coiffè, La Crampe de plâtre et Axaxaxas mlÖ. Il s’agit des nom des hexagones administrés par l’inconnu dans la Bibliothèque de Babel.

À voir également

Téléchargements

  • L’eau noire - Court métrage d'animation 3D, Vainqueur du concours Biblioclip 2010 à Limoges [mp4/(51.5 Mo)]

Tags


Se Syndiquer
Contact / Propulsé par SPIP / Squelette par læi